z

Changement climatique : bientôt des grandes villes englouties ?

Alerte ! Face à la hausse des températures, certaines grandes villes aux quatre coins du monde risquent de disparaître.

C’est le triste constat que dressent les Nations Unies : la fonte des glaciers pourrait provoquer l'élévation de un mètre du niveau des océans d’ici 2100 si les émissions de gaz à effet de serre n'étaient pas réduites de manière drastique.

En Asie, où les côtes sont très peuplées, des millions de personnes exposées aux inondations.  Ce continent abrite treize des vingt villes mondiales dont les pertes économiques dues aux inondations devraient augmenter le plus fortement entre aujourd’hui et 2050.

Parmi les villes les plus exposées : Shanghai, Bangkok, Tokyo et Osaka mais aussi Chittagong et Dacca (Bangladesh) et Hô Chi Minh-Ville (Viêtnam). 

En Amérique, Annapolis, New York, Miami et la station spatiale de Cap Canaveral (Floride) seraient les principales villes touchées par la montée des eaux. Les côtes américaines, en particulier sur la façade Atlantique, sont parmi les plus vulnérables à la montée des océans. Le pire scénario correspondrait à une élévation de 2,5 mètres le long de ces côtes d'ici 2100.

En Afrique, Le Cap, Lagos, Alexandrie, Grand-Bassam, Lomé, la Guinée ou encore Abidjan en première ligne.

Et pour terminer le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas sont les pays les plus vulnérables en Europe

Plusieurs grandes villes françaises sont en effet à risque :  Bordeaux, Saint-Malo, tout le sud de la Bretagne mais aussi Calais ou Dunkerque au Nord. Même des villes relativement éloignées du littoral, comme Rouen, pourraient voir en 2100 une grande partie de leurs zones urbaines inondées par la montée des eaux.

Une journée pour la prévention des catastrophes naturelles

Ce vendredi 13 octobre est la journée internationale pour la prévention des catastrophes naturelles mise en place par les Nations Unies depuis 1989.

Cette journée a pour objectif de promouvoir une culture mondiale visant à réduire l'impact des catastrophes, en favorisant des mesures de prévention, d’atténuation et de préparation.

Cette année, elle a pour thème : "Jamais aussi bien que chez soi : réduire l'exposition aux risques et les déplacements forcés". 

Réduire les risques 

Elle met l'accent sur la diffusion des mesures, pratiques et politiques efficaces pour la réduction de l'exposition des communautés aux risques de catastrophe et une meilleure protection des foyers et moyens de subsistance. Coordination, coopération et collaboration à tous les niveaux sont indispensables pour relever ce défi de taille.

Pour mieux connaître les risques près de chez soi : http://www.georisques.gouv.fr/, un site du ministère de la transition écologique et solidaire.

 

Décryptage d’un cycle complet d’inondation

Pour la première fois, un cycle complet d’inondation a été reconstitué aux Etats Unis.

Menée par la Séverine Fournier, océanographe française au Jet Propulsion Laboratory, en Californie, l’équipe de chercheurs de la Nasa a combiné les données du satellite américain SMAP (Soil Moisture Active Passive) avec les observations de 5 autres satellites de la Nasa, afin de reconstituer la chronologie des événements, de cartographier l’inondation et d'observer ses effets régionaux.

Un article à lire sur le site de Sciences et Avenir 

Comprendre les causes des inondations

Expliquer simplement les origines des inondations à travers le monde.

ACTU

Futura Sciences est un portail web d’information consacré à la connaissance et à la vulgarisation des sujets notamment environnementaux. Il a publié un article, certes un peu technique mais très pédagogique pour expliquer les deux causes des inondations qu’elles soient terrestres ou marines.

Lire l’article >>>

20/12/2016

13 octobre : Journée de prévention des catastrophes

« Vivre pour raconter, sensibilisation et réduction de la mortalité », tel est le thème de la 27ème journée de prévention des catastrophes.

Après le passage de l’ouragan Matthew en Haïti et les nombreuses victimes et dégâts qu’il a causés, le thème de cette journée de prévention trouve tout son sens. Depuis 1989, l’Assemblée générale des Nations Unies a désigné le 13 octobre comme date de commémoration de prévention des catastrophes. L’objectif de cette journée est de promouvoir une culture mondiale de réduction des catastrophes, y compris des mesures de prévention, d’atténuation et de préparation.

Une campagne de sensibilisation

L’édition 2016 sera marquée par le lancement d’une campagne de sensibilisation visant à promouvoir les meilleures pratiques dans tous les secteurs, y compris au niveau international, régional et national, afin de réduire des risques et des pertes liées aux catastrophes. En effet, à l'échelle mondiale, les femmes et les enfants sont jusqu’à 14 fois plus susceptibles que les hommes de mourir dans une situation de catastrophe et près de 60% des décès maternels évitables et 53% des décès d’enfants de moins de 5 ans évitables interviennent dans les situations de conflit et de catastrophe.

D’autres groupes touchés de manière disproportionnée comprennent les personnes vivant avec un handicap, les personnes âgées et les peuples autochtones.

11/12/2016