z

Des bénévoles à recruter pour d’importants projets à venir

Pour ses trois premières années d’activité, l’association s’est essentiellement appuyée sur le bénévolat. Qu’ils soient permanents, réguliers et ponctuels, une trentaine d’hommes et de femmes - étudiants, stagiaires, jeunes retraités ou encore en activité professionnelle – ont agi sous la bannière de Partagence pour venir en aide à des populations en détresse. Rien que pour l’année 2016, ce sont près de 3000 heures de bénévolat qui ont organisé des collectes de matériels et produits neufs auprès d’entreprises, avant de gérer leur logistique et leur distribution, en France ou dans des pays d’Afrique.

L’équipe dirigée par Claude Frégeac, le délégué général et fondateur de la jeune ONG mène ses missions depuis son « Bureau des opérations » situé dans le centre de Paris. Chaque jour de semaine, six à huit membres très actifs s’y retrouvent pour traiter des relations avec les partenaires, des prospectives, de communication et du développement des opérations de terrain. Ce « staff » s’attelle à façonner les projets de l’association pour les trois ans à venir.

C’est notamment dans le secteur de l’aide aux sinistrés des catastrophes naturelles, en France, que les efforts sont portés : aide matérielle d’urgence puis de post urgence, assistance et conseil aux victimes avec des concepts jusqu’alors jamais mis en place par une association. Déjà, Partagence a pu vérifier dans ses programmes de post urgence (Alpes-Maritimes et Seine et Marne) qu’elle était la seule organisation privée (et associative) à agir auprès des familles sinistrées durant une dizaine de mois après la survenue d’une catastrophe d’origine climatique.

Face aux importants projets à venir, l’équipe de Partagence - bénévoles et prestataires – doit être en conséquence renforcée par des personnes disponibles aux heures dites de bureaux, un ou plusieurs jours par semaine.

Les missions concernées par le recrutement de bénévoles : 

  • Relations avec les entreprises dans le domaine des partenariats
  • Relations avec les entreprises dans le domaine des contributions en dons en nature (prospection)
  • Relations avec les organisations publiques (dossiers de demandes de subventions)
  • Suivi des associations aidées à l'international
  • Développement des opérations événementielles (activités génératrices de revenus)
  • Développement des réseaux de soutien
  • Développement des projets liés aux programmes d'urgence et de post urgence à la suite des catastrophes naturelles
  • Aides aux missions logistiques

Pour en savoir plus : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 07.87.15.04.06

organisation

bénévoles

Quatre jours d’échange avec cinq associations marocaines

Après avoir été lancée en avril 2016, la Représentation officielle de Partagence au Maroc a rempli sa première mission avec l’acheminement d’une dotation humanitaire à l’association SOS Douars. Ainsi, en novembre dernier, 24 palettes de produits utiles ont pu être distribuées à la population aidée par cette organisation caritative. Une seconde opération de même type est en train de prendre forme avec cette fois comme bénéficiaires cinq associations agissant dans la ville de Marrakech et ses environs.

Grâce au soutien logistique de l’association Dar Tifl – un orphelinat qui accueille 360 enfants de 4 à 20 ans – un container de 20 pieds (12 palettes) va trouver un point de chute pour une distribution dans les semaines à venir. Outre cette institution réputée dans la cité marrakechia, l’internat Soroptimist pour les jeunes filles rurales - près de 200 y sont hébergées -, l’association de bienfaisance Dar Al Bir Wal Ihssane - plus de 700 résidents en situation de grande précarité -, l’école Riad Zitoun et, enfin, le Rotary Club de Marrakech Menara sont les organisations qui reçoivent ce soutien au développement de la part de notre ONG (sans parler de celles agissant dans d’autres pays).

Avec l'appui financier de son partenaire local, la société Financial and Business Solutions, ces cinq associations ont été reçues par Partagence à la salle des Arts de l’Atlas Golf de Marrakech, le 26 avril dernier. S’en sont suivies dans les jours d’après une visite de leurs installations respectives. Pour la petite délégation de Partagence – composée de Zoubida Ammal - El Boustani, Maria Simoès, Bernadette Laffitte, Pascale Ducarouge, Sylvie La Chappelle et Claude Frégeac – ce furent autant d’occasion d’échanger pour mieux comprendre leurs actions et pour sceller un peu plus les partenariats naissants. Ces derniers, il est nécessaire de le préciser, reçoivent l’assentiment de l’Entraide nationale de la Région de Marrakech, représentée lors de la soirée festive par son délégué préfectoral, M. Kamal Lahde et son coordinateur des actions sociales, M. Abdelali Maazouz.

L’équipe parisienne de Partagence est revenue enchantée de ces rencontres qui augurent la réussite dans ses missions d’aide internationale.

Notre photo-titre : La délégation de Partagence au milieu des dirigeants des associations de Marrakech soutenues par l’ONG, à l’occasion de la soirée du 26 avril 2017 (photo Maria Simoès).

Une partie du comité directeur de l’Ecole Riad Zitoun, avec sa présidente madame Zhor Sebti El Alami (avec la tunique bleue), pose pour la photo souvenir, lors de la visite de Partagence, le 28 avril dernier, dans la vallée de l’Ourika.

Madame Touria Bine Bine, la présidente et fondatrice de l’Internat Soroptimist pour les jeunes filles rurales, au milieu de la délégation de Partagence, en visite à Marrakech.

85 familles sinistrées aidées en Seine et Marne

familles 1

Depuis la mi septembre les distributions se sont succédées au bénéfice  des familles sinistrées, à la suite des inondations de début juin en Seine et Marne. Ce sont 85 familles installées sur les communes de Moret sur Loing, Saint Mammès, Saint Pierre lès Nemours et Episy qui ont reçu une aide matérielle (parfois importante) de Partagence. Une 86e famille, en quelque sorte, a bénéficié de produits neufs : le foyer d'acueil de jeunes, "Les Brandons", à Moret sur Loing.

focus1       focus2

La dotation de matériels et produits stockée dans l'entrepôt de Montereau-Fault-Yonne a constitué de plus de cent trente palettes, soit l'équivalent de quatre semi remorques.

familles 2

Article La République 02 01 2017

Nos deux photos : de l'équipement neuf pour une famille dont le pavillon a été fortement touché par les inondations et un beau canapé qui redonne le sourire à un habitant de Saint Mammès.  

Rencontre avec cinq familles sinistrées

Contigüe à Nemours, la petite ville de Saint Pierre-lès-Nemours n’a pas connu la même médiatisation que sa voisine au moment de la crue de juin 2016. Et pourtant ! Les riverains du Loing ont été littéralement submergés : sur les 75 familles aidées par l’association dans le sud Seine-et-Marne, 29 y habitent. Rencontres avec cinq d’entre elles à l’occasion d’une distribution.

Mireille : « On a besoin de sortir de l’ombre »

famille1

Mireille est toujours en colère. Parce qu’elle n’a pas été prévenue de l’arrivée de la crue et parce que la mairie ne s’est pas occupée d’eux. « J’ai eu 1m35 d’eau dans la maison, tout était foutu ». En décembre dernier, à l’approche des fêtes, elle poussait un « coup de gueule » dans le journal local pour dénoncer la situation de détresse de dizaines de sinistrés. C’est d’ailleurs à la suite de cet article que le lien s’est créé avec Partagence et que le programme s’est déployé sur la commune. Mireille a hésité avant de se déclarer comme sinistrée auprès de la mairie car elle considérait que « d’autres avait plus besoin d’aide » qu’elle. Elle a néanmoins voulu « sortir de l’ombre pour enfin être reconnue comme victime ». Prochaine étape pour Mireille : créer un collectif de vigilance avec les riverains pour se défendre et se faire entendre.

Don de Partagence : table basse, commode, meuble bas.

Nathalie : « Je ne voulais plus revenir, j’avais peur »

famille2

Nathalie a retrouvé le sourire. Après des mois de galère, elle est revenue habiter chez elle le 15 février dernier avec son mari et ses fils de 8 et 10 ans. Le 1er juin dernier, en conduisant ses enfants chez une amie, elle a été bloquée par la montée de l’eau. Elle a laissé ses fils en sécurité pour revenir chercher son chien et quelques affaires, en mettant « une serpillère sur le pas de la porte pour éponger au cas où ». Elle ne se doutait pas qu’il allait y avoir 1m30 d’eau dans sa maison. Son mari absent au moment de crue, elle a dû gérer la situation seule et cela n’a pas été facile. Pendant plusieurs mois, ils ont pris une location. « J’ai voulu vendre, j’avais peur, je ne voulais plus vivre ici ». Pour remettre la maison en état, les entrepreneurs ont du tout casser et ne « laisser que les 4 murs » avant de tout réaménager à neuf pour enfin repartir. C’est avec beaucoup d’émotion qu’elle a accueilli l’équipe de Partagence.

Don de Partagence : deux chambres complètes pour enfant (armoire, lit, chevet), du linge de maison, une table basse.

Josette et Gérald : « A 70 ans, c’est dur de tout recommencer »

test

Josette et Gérald ont quitté leur domicile précipitamment. De l’eau jusqu’à la poitrine, ils ont rejoint la colline en face de chez eux pour se mettre au sec. « Tout s’est passé très vite, on a été pris par surprise. On a embarqué les médicaments et le porte-monnaie et on est partis ». Ils disent avoir été choqués pendant un mois après la catastrophe. « On a tout perdu, les meubles de famille, les vitres de la véranda ont explosé sous la pression des 2 mètres d’eau ». Jusqu’au 1er janvier, ils ont vécu dans un gîte mais ils en sont partis car l’assurance ne leur remboursait plus les loyers. Aujourd’hui, les travaux ne sont pas terminés, alors « ils campent ». « On n’a pas voulu demander d’aide, c’est pas dans nos habitudes ». Courageusement, ils essaient de reprendre une vie normale, même si à « 70 ans, tout recommencer depuis le début, c’est dur ».

Don de Partagence : bureau, bibliothèque, commodes basse, table basse, table de chevet.

Jacques : « J’ai failli mourir »

famille

« J’ai failli mourir ». Ce sont les premiers mots de Jacques lorsqu’il évoque la crue. En moins d’une demi-heure, il a vu l’eau envahir sa maison, sa voiture emportée par le courant, son imposant buffet projeté au plafond. « Je suis monté sur la table de la salle à manger avec mon chien, j’avais de l’eau jusqu’au cou, elle était glaciale ». Panique. Il a réussi à sortir, son chien au bout d’une laisse, pour se réfugier sur un muret. Un bénévole est venu le sauver. Quelques jours plus tard, il a failli faire une pneumonie. Après avoir été hébergé par son fils, il est rentré chez lui début janvier. Aujourd’hui, Jacques est pessimiste ; il a peur que cela se reproduise.

Don de Partagence : 2 armoires, une table basse, une commode.

Suzette : « Je n’ai pas eu le temps de réagir ».

famille5

« Personne ne m’a prévenue ». Partie promener son chien au bout de la rue, Suzette a vu un attroupement de badauds observant la montée des eaux. Elle est vite retournée chez elle pour « monter deux, trois bricoles sur la table » et « en trente minutes l’eau est entrée dans la maison comme une vague ». « Je n’ai pas eu le temps de réagir ».1m10 au rez-de-chaussée. Emmenée au centre socio-culturel, elle est revenue deux jours plus tard pour constater les dégâts et dix jours après pour nettoyer. « Ça sentait mauvais, il faisait froid ». Jusqu’au mois d’octobre, elle a vécu chez son frère. Aujourd’hui, elle occupe surtout l’étage dans l’attente des travaux qui débuteront dans les prochaines semaines. Discrète, Suzette n’a pas souhaité être prise en photo mais elle a accepté que l’on montre son salon, presque en l’état post-crue

Don de Partagence : une armoire.