z

Les inondations dans l’objectif de Gideon Mendel

Gideon Mendel, photographe sud-africain engagé, réalise des portraits lors des grandes inondations à travers le monde.

img2

Gideon Mendel a commencé à photographier les victimes des inondations en 2007 en Angleterre alors touchée par des pluies torrentielles puis s’est rendu dans le nord-est de l’Inde, violemment frappée à son tour. Depuis, il y a eu le Nigeria, le Brésil, l’Inde, l’Allemagne, le Pakistan, la Thaïlande, les Etats-Unis, le Bangladesh…

« Un monde submergé »

Véritable plaidoyer artistique, Gideon Mendel capte le moment « où la force de la nature vient de faire basculer la vie des gens » mettant ainsi en perspective les conséquences du changement climatique. 

Son travail a été présenté à de nombreuses reprises et a fait l’objet d’une exposition intitulée « Un monde submergé » dans le cadre de la COP21 à Paris en 2015.

Inondations en région parisienne

En juin 2016, le photographe s’est rendu notamment à Poissy (Yvelines) et à Moret-sur-Loing (Seine et Marne) comme l’attestent les clichés postés sur son compte Instagram 

img3

Découvrir la démarche du photographe en vidéo (en anglais)

 

Des innovations anti-inondations!

En Europe et aux Etats Unis, des innovateurs défient les éléments pour mieux prévoir les inondations.

Chaque année dans le monde, des dizaines de millions de gens sont touchés par les inondations. Un chiffre qui ne devrait pas diminuer compte tenu du réchauffement climatique.

Alors, comment nos villes peuvent-elles se défendre face à ces catastrophes naturelles ? Le magazine Futuremag diffusé sur la chaîne ARTE est parti à la rencontre de ces chercheurs qui défient les éléments pour mieux prévoir les inondations et protéger nos villes.

Une vidéo de 15 minutes a été diffusée en avril 2016 mais elle est toujours d'actualité !

13/01/2017

 

Catastrophes naturelles et pauvreté

pauvrete

Le dernier rapport de la Banque mondiale pointe le lien entre catastrophes naturelles et pauvreté.

A l’occasion de la COP 22, le rapport de la Banque mondiale souligne que l’impact des conditions météorologiques extrêmes sur la pauvreté est bien plus dévastateur que ce que l’on croyait.

26 millions de personnes touchées

Derrière les chiffres (plus de 500 milliards de dollars de pertes matérielles/an), se cachent les conséquences des catastrophes naturelles (inondations, séismes, sécheresses…) sur les plus pauvres.

Ils sont en effet 26 millions à basculer dans la pauvreté car ils vivent souvent dans des habitations fragiles et ne bénéficient pas du même soutien familial ou public que les plus aisés.

banque mondiale

Objectif : renforcer la résilience des populations pauvres

Le rapport met en avant la nécessité d’adopter de toute urgence des politiques capables de mieux protéger les plus vulnérables face aux enjeux du changement climatique.

Au-delà des constructions (digues, bâtiments renforcés…) pour réduire les risques, les gouvernements doivent aider les populations à se remettre des désastres en mettant en place :

- des systèmes d’alerte précoces pour sauver des vies

- des services financiers pour soutenir la reconstruction

- des programmes sociaux pour protéger les plus pauvres

Selon le rapport, ces mesures devraient faire épargner aux pays 100 milliards de dollars par an.

> Consulter le rapport (en français) 
> Consulter l’infographie 

22/11/2017

 

 

Inondations : l'impact du changement climatique

Le changement climatique est-il à l’origine de l’aggravation des catastrophes naturelles ? Les explications du CEPRI.

Le CEPRI (Centre Européen de Prévention du Risque d’Inondation) est une association au service de la prévention créée par des collectivités territoriales et œuvrant pour une meilleure prise en compte du risque inondation, premier risque naturel en France.

A ce titre, elle présente régulièrement des travaux de réflexion et de sensibilisation visant à accompagner les élus et, in fine, les populations, dans une meilleure appréhension du risque.

Fin 2015, à l’occasion de la COP 21 et à la suite des événements météorologiques dans le Sud-Est, elle a publié une plaquette de sensibilisation consacrée à l’influence du changement climatique sur le risque d’inondation en France et en Europe. Elle met notamment en exergue des perspectives inquiétantes pour le XXIè siècle et de nombreux impacts sur les populations, les biens et les activités.

Pour consultez ou téléchargez la plaquette, cliquer sur celle-ci.

11/10/2016

Outil Facebook pour rassurer ses proches en cas de catastrophe

Lancée en octobre 2014, la fonctionnalité “Safety Check” ou “Contrôle d’absence de danger” de Facebook permet aux utilisateurs de rassurer rapidement leurs proches à la suite d’une catastrophe naturelle. Comment cela fonctionne ? Lorsqu’un tel événement a lieu, une page dédiée est créée par Facebook et des notifications sont envoyées à toutes les personnes qui se trouvent dans la région touchée. Elles ont alors le choix de cliquer sur un bouton “Je suis en sécurité” ou “Je ne suis pas dans la zone affectée” pour informer tous leurs contacts. De cette façon, les amis Facebook de la personne sont immédiatement rassurés à la réception de la notification. D’autant plus que toutes les personnes ayant signalées qu’elles étaient en sécurité sont indiquées comme “safe”. De cette manière, leur entourage est rapidement informé et rassuré. Et dans le cas de non-réponse, les secours peuvent être prévenus rapidement.

Internet et les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés pour envoyer et recevoir des informations liées à l’urgence. Loin du rôle d’amplificateurs de crise qu’on leur associe généralement, les réseaux sociaux peuvent aussi rendre de réels services aux populations. Avec “Safety Check”, Facebook capitalise sur la rapidité de la circulation de l’information mise au service d’une bonne cause. Avec près d’ 1,4 milliards d’utilisateurs dans le monde, Facebook permet de toucher un grande partie de la population. De plus, ce service pourrait éviter de surcharger les réseaux téléphoniques souvent très encombrés lors de catastrophes… lorsque le lignes ne sont pas coupées ! En effet, lors de tsunami ou de tremblement de terre, les lignes de communications sont fréquemment interrompues, ce qui risque de limiter l’utilisation réelle du service.

Source : Marketing Utile